Un groupe de plus de 200 Facebook les modérateurs de contenu, ainsi que certains employés à plein temps *, demandent à la société de technologie «d’arrêter de risquer inutilement la vie des modérateurs», ont-ils écrit dans une lettre ouverte à Facebook et aux sous-traitants de la société qui gèrent les modérateurs de contenu, Accenture et Covalen. Cela vient après que The Intercept a rapporté que certains modérateurs de contenu Facebook – qui traitent de problèmes tels que les abus sexuels et la violence graphique – ont dû revenir au bureau pendant la pandémie. Peu de temps après leur retour au bureau, un modérateur de contenu Facebook aurait été testé positif au COVID-19.

«Après avoir permis aux modérateurs de contenu de travailler à domicile pendant des mois, face à une pression intense pour que Facebook soit exempt de haine et de désinformation, vous nous avez forcés à retourner au bureau», a écrit le groupe. «Les modérateurs qui obtiennent une note du médecin sur un risque personnel de COVID ont été dispensés de se présenter en personne.[1] Les modérateurs avec des proches vulnérables, qui pourraient mourir s’ils contractaient le COVID de notre part, ne l’ont pas fait.

Les modérateurs exigent maintenant que Facebook permette à ceux qui présentent un risque élevé ou qui vivent avec une personne à haut risque d’avoir un cas grave de COVID-19 de pouvoir travailler indéfiniment à domicile. De plus, les modérateurs veulent généralement que Facebook maximise la quantité de travail que les gens peuvent faire à domicile.

«Vous avez déjà dit que la modération du contenu ne peut pas être effectuée à distance pour des raisons de sécurité», ont-ils écrit. «Si tel est le cas, il est temps de changer fondamentalement la façon dont le travail est organisé. Il existe une culture omniprésente et inutilement secrète sur Facebook. Certains contenus, tels que les contenus criminels, peuvent devoir être modérés dans les bureaux Facebook. Le reste devrait être fait à la maison.

Ils veulent également que Facebook offre une prime de risque, offre des soins de santé et des soins psychiatriques et emploie des modérateurs plutôt que de les externaliser.

«Nous apprécions le travail précieux des réviseurs de contenu et nous accordons la priorité à leur santé et sécurité», a Facebook …

Voir la source de cette publication