La confusion concernant une mise à jour des conditions générales de la plate-forme de chat Facebook WhatsApp a déclenché une intervention de l’agence italienne de protection des données.

Le GPDP italien a déclaré aujourd’hui qu’il avait contacté le comité européen de la protection des données (EDPB) pour lui faire part de ses préoccupations concernant le manque d’informations claires sur ce qui change dans le cadre des nouvelles conditions générales.

Ces dernières semaines, WhatsApp a alerté les utilisateurs sur le fait qu’ils doivent accepter les nouvelles conditions générales afin de continuer à utiliser le service après le 8 février.

Une alerte similaire concernant les conditions mises à jour a également suscité des inquiétudes en Inde – où une pétition a été déposée aujourd’hui devant la Haute Cour de Delhi, alléguant que les nouvelles conditions sont une violation des droits fondamentaux des utilisateurs à la vie privée et constituent une menace pour la sécurité nationale.

Dans une notification sur son site Web, l’agence italienne écrit qu’elle pense qu’il n’est pas possible pour les utilisateurs de WhatsApp de comprendre les changements qui sont introduits dans les nouvelles conditions, ni de «comprendre clairement quel traitement de données sera réellement effectué par le service de messagerie. après le 8 février ».

Capture d’écran de l’alerte T & Cs affichée aux utilisateurs de WhatsApp en Europe (Crédit image: TechCrunch)

Pour que le consentement soit une base juridique valable pour le traitement des données personnelles en vertu du droit de l’UE, le règlement général sur la protection des données (RGPD) exige que les utilisateurs soient correctement informés de chaque utilisation spécifique et qu’ils aient le libre choix de savoir si leurs données sont traitées pour chaque finalité.

L’agence italienne ajoute qu’elle se réserve le droit d’intervenir «de toute urgence» afin de protéger les utilisateurs et de faire appliquer les lois européennes sur la protection des données personnelles.

Nous avons contacté l’EDPB pour lui poser des questions sur l’intervention du GPDP. Le rôle de l’organe directeur consiste généralement à assurer la liaison entre les APD de l’UE. Mais il publie également des orientations sur l’interprétation du droit de l’UE et peut intervenir pour voter en cas de désaccord sur les enquêtes transfrontalières de l’UE.

Plus tôt cette semaine, les autorités antitrust turques ont également annoncé qu’elles …

Voir la source de cette publication