L’Assemblée générale propose une législation qui permet aux consommateurs de Virginie plus de protection avec leurs données en ligne, bien que les opposants affirment que la mesure n’inclut pas la possibilité pour les personnes de intenter des poursuites privées contre des entreprises qui enfreignent la loi proposée.

La mesure est connue sous le nom de loi sur la protection des données des consommateurs dans les deux chambres de la législature de l’État. La version du Sénat, parrainée par le sénateur David Marsden, D-Fairfax, a adopté la Chambre 89-9 jeudi. La version de la Chambre, parrainée par Del. Cliff Hayes, D-Chesapeake, attend un vote final mais a été adoptée pour la journée de jeudi.

«Les consommateurs devraient avoir le droit de savoir ce qui est recueilli à leur sujet», a déclaré Hayes lors de la présentation du projet de loi.

La loi sur la protection des données permet aux consommateurs de récupérer une copie de leurs données en ligne, de modifier ou de supprimer ces données et de refuser d’autoriser les grandes entreprises à vendre les données.

Hayes souhaite que les entreprises gèrent de manière responsable les informations des consommateurs.

«En fin de compte, nous voulons que les contrôleurs sachent quel est leur rôle en matière de protection des données individuelles», a déclaré Hayes lors d’une réunion du comité de la Chambre. «Nous pensons que peu importe qui vous êtes en tant qu’organisation, vous devez être responsable en ce qui concerne le traitement des données des consommateurs.»

Les factures s’appliquent aux entreprises qui contrôlent ou traitent les données personnelles d’au moins 100 000 consommateurs par an. Cela a également un impact sur les entreprises qui traitent les données d’au moins 25 000 consommateurs par an et tirent plus de la moitié de leurs revenus bruts de la vente de données personnelles. Les entreprises doivent être situées en Virginie ou desservir les Virginiens.

En vertu de la loi sur la protection des données des consommateurs, le bureau du procureur général se chargerait de l’application de cette législation. Le bureau s’occuperait de tout, des plaintes des consommateurs à l’application des amendes.

«Le bureau du procureur général aura la profondeur et l’ampleur, l’expérience, les outils d’enquête nécessaires pour connaître et suivre …

Voir la source de cette publication